Actualités

Acheter et vendre

Acheter et vendreMai 2016

Est-ce le moment de vendre son bien immobilier ?

Les taux de crédit immobilier ont atteint en mai de nouveaux records à la baisse, c'est donc le moment d'acheter !

Belle aubaine de profiter des taux de crédit immobilier qui sont à leur plus bas niveau historique pour acheter. Vous pourrez emprunter plus et donc acquérir un logement plus grand car votre pouvoir d’achat est à la hausse. Mais est-ce le bon timing pour vendre votre bien ?

Suivant les secteurs, le marché ne se présente pas forcément favorable pour la vente de votre bien. Mais c’est pourtant le moment de vendre pour acheter plus grand. En effet, vous pouvez réaliser cette opération d'achat-revente sans nécessairement augmenter vos mensualités de remboursement. Et dans certains cas, vous les diminuerez !

Un projet pour voir plus grand

Prenons un exemple pour vous convaincre. Un couple a financé en 2008 un appartement de 70 m² avec un emprunt de 230 000 euros sur 20 ans au taux de 4,2 %... soit 1250 euros de mensualités hors assurance.

Aujourd'hui, le prix de revente de cet appartement est de 300 000 euros avec le capital restant dû est de 180 000 euros. Au final, ils disposent d'un apport de 120 000 euros pour leur future acquisition.

Ils projettent d’acheter une maison de 100 m² à 380 000 euros, ce couple a donc besoin d’emprunter 260 000 euros. A 1,5% sur 20 ans hors frais de notaire et assurance, la mensualité sera de 1250 euros.

Leur projet leur fait gagner une surface de 30 m² habitable et un jardin pour la même mensualité. Rien ne les empêche d’emprunter sur une durée supérieure pour alléger leur mensualité, cela leur permettra de financer les frais annexes.

 

Articles liés :
Les taux de crédit sont une fois encore au plus bas historique
Jusqu'où ira la baisse des taux ?
Comment réussir votre achat de logement neuf sur plan, suivez le guide.

 

Spéciale

Spéciale "Investir"Mai 2016

Quels sont les avantages d'investir en Rhône-Alpes ?

La région Rhône-Alpes cumule de nombreux avantages pour séduire les investisseurs. Tout d’abord une situation géographique stratégique de carrefour européen, à proximité des montagnes, de la Suisse et de l’Italie. Des villes très dynamiques, une activité économique importante avec 365 000 entreprises, une population jeune, active et en croissance avec des écoles supérieures offrant des formations de haut niveau, plus de 100 Masters, 21 écoles d'ingénieurs... Elles en font la seconde région universitaire de France avec 245 000 étudiants.

C’est aussi la seconde région de France au niveau du pouvoir d’achat avec un revenu moyen par personne et par an de 19 917 €. Le bassin économique lyonnais et la forte population étudiante lyonnaise et grenobloise génèrent une vraie demande locative.

Villes frontalières en Haute-Savoie et Pays de Gex

Certaines communes comme Saint-Julien-en-Genevois et de Gex figurent dans le Top Ten des villes françaises où le pouvoir d’achat est le plus élevé, supérieur à 25 400 € par personne et par an. Ce fort pouvoir d’achat s’oriente directement vers l’immobilier et la recherche d’une location précède souvent un achat.

Ce secteur attire les cadres CSP+ qui travaillent à Genève et qui disposent de revenus importants les autorisant à louer de très belles surfaces, en appartement ou en maison. Ils privilégient d’ailleurs Gex (01) et Saint-Julien-en-Genevois (74).

Si les grandes surfaces offrent un rendement plus faible, elles profitent néanmoins d’un turn-over atténué face aux studios et 2, 3 pièces.

Les rendements

Pour un 2 pièces de 40 à 50 m² acheté entre 140 000 et 180 000 €, la rentabilité nette oscille entre 3 et 3,30%. Pour un appartement de 80 m² acheté 360 000 €, le rendement nette va tout juste frôler les 3%.

Articles liés :
Faut-il se lancer dans un achat immobilier en 2016 ?
Visale, le dispositif qui assure les propriétaires contre les impayés

Les bonnes raisons pour investir en Haute-Savoie

Chute des taux

Chute des tauxMai 2016

Les taux de crédit sont une fois encore au plus bas historique

Du jamais vu depuis la fin des années 40. L'observatoire Crédit Logement/CSA a indiqué dans un communiqué : « Les taux d'intérêt des crédits immobiliers accordés aux particuliers par les banques ont continué à baisser en avril, à 1,81% en moyenne contre 1,97% en mars, 2,09% en février et 2,15% en janvier.
La baisse des taux a été rapide au cours du premier trimestre 2016. Et elle a connu une accélération remarquable en mars ».

Les principales raisons

Les taux ont tout d’abord bénéficié de l'abondance de ressources d'épargne faiblement rémunérées, de taux des OAT (obligations d'Etat à 10 ans), c’est le taux auquel la France emprunte sur cette durée. A la mi-2015, sous l'effet de la crise grecque l'OAT a rebondi et provoquer une légère hausse des taux des crédits immobiliers. Or, il  est revenu à ses niveaux de la fin avril 2015. Enfin, les taux bénéficient d'une nouvelle amélioration des conditions de refinancement de la BCE.

Tout cela sans compter sur les offres commerciales avantageuses des établissements de crédit.

 

Articles liés :
Jusqu'où ira la baisse des taux ?
Les taux d'intérêt des crédit sont encore à la baisse en ce début d’année.

 

Primo-accédants

Primo-accédantsMai 2016

Seront-ils bientôt majoritaires dans l'accession à la propriété.

Le marché de l’immobilier est pris d’assaut par les primo-accédants depuis quelques mois. On constate qu’ils représentent déjà 40% des acquéreurs, contre 35% l’an dernier, et pourraient atteindre plus de 50% avant la fin de l’année. Des conditions très favorables profitent sans aucun doute à ces nouveaux propriétaires, regardons dans le détail.

La baisse des taux de crédits

Les conditions de crédit sont particulièrement favorables avec des taux d’emprunt historiquement bas. Moins de 2% sur 20 ans et 1,50% sur 15 ans.

Le PTZ

Le prêt à taux zéro profite avant tout au marché du neuf. Depuis janvier 2016, c’est une véritable embellie pour le nouveau PTZ, très porteur, avec une reprise significative des ventes. Bien souvent, ce prêt se substitue à l’apport personnel. Crédit Logement annonce même un recul de plus de 10% de l’apport moyen sur un an.

Qui en profite ?

La part des moins de 35 ans progresse de 25% sur un an et de 35% pour les ménages qui gagnent moins de 3 smics (52800€ brut par an). Le montant de leur achat immobilier à aussi augmenter de 10% grâce à une capacité d’emprunt plus importante. 

 

Articles liés :
Faut-il se lancer dans un achat immobilier en 2016 ?
Jusqu'où ira la baisse des taux ?
A quelles conditions un décollage du neuf en 2016 ?