Actualités

Financement

FinancementAvril 2015

Quelles sont les solutions pour financer votre projet immobilier ?

Le financement de votre achat immobilier demande une préparation minutieuse. Il est nécessaire de faire appel à un expert pour vous aider à comparer les offres de crédit et à négocier votre prêt.

Il est essentiel de savoir combien vous avez besoin d’emprunter… et combien vous pourrez effectivement emprunter. Vous devez vous renseigner, avant la réservation de votre appartement ou de votre maison, sur les différents prêts immobiliers. Cela vous permettra de mieux comprendre les offres de prêt, d’identifier les aides auxquelles vous avez droit et donc de négocier au mieux.

Tout d’abord il est vivement conseillé d’avoir un apport personnel, ensuite de compléter votre prêt bancaire avec un ou plusieurs prêts accessibles sous conditions ou prêts aidés :

  • le Prêt à Taux Zéro (PTZ)
  • le Prêt Epargne Logement (PEL)
  • le Prêt à l’Accession Sociale (PAS)
  • le Prêt 1% logement…

Bien évidement chaque projet a ses particularités et seul un conseiller expert peut avoir une approche personnalisée.

Notre partenaire

axedys prend le temps de vous rencontrer afin de comprendre votre projet et vos attentes et s’engage ensuite à négocier les meilleures offres pour votre prêt immobilier auprès de ses partenaires bancaires. Axedys devient ainsi votre porte-parole face aux banques.

Ses experts analysent pour vous la meilleure solution de financement en comparant les différentes offres de crédit immobilier qui incluent, en plus des possibilités vues précédemment :

  • Les types de prêt immobilier (classique, conventionné, relais, in fine, rachat)
  • Les taux (fixe, modulable, révisable)
  • Les assurances (ADI, chômage, locative)

axedys vous assure le respect du cahier des charges fixé lors de votre premier rendez-vous et vous accompagne jusqu'à la finalisation de votre projet.

DES SOLUTIONS DE FINANCEMENT EN CHF OU EN €
SERVICE GRATUIT !

 

Contactez axedys
Neuf et séduction

Neuf et séductionAvril 2015

L’immobilier neuf mise sur les espaces partagés pour séduire.

Espaces optimisés, terrasses, toitures végétalisées, services collaboratifs, gain d’énergie sont les atouts forts des nouveaux logements neufs. De quoi faire oublier le charme de l’ancien.

A l’heure où le mètre carré reste cher dans le neuf comme dans l’ancien, la chasse à la superficie inexploitable et au gaspillage d’énergie est ouverte. Sur ce terrain, le neuf sort gagnant. Les surfaces sont compactes, le moindre mètre carré est mis à profit. La réglementation thermique (RT) 2012 permet au logement de ne pas consommer plus de 50 kWh par mètre carré et par an, avec une modulation selon les régions et l’altitude.

Par rapport à des appartements anciens mal isolés et aux huisseries vieillissantes, la consommation énergétique est divisée par quatre. A cette économie d’énergie s’ajoute la qualité de vie. Terrasses ou grands balcons, rares dans l’ancien, font office de pièces supplémentaires dès les beaux jours. «Si l’ancien présente l’avantage d’être livrable rapidement, le neuf offre généralement un confort de vie supérieur: les logements sont aux dernières normes techniques aux niveaux thermique et acoustique, ils offrent des volumes adaptés au mode de vie actuel et, surtout, l’achat dans le neuf sécurise le budget de l’acquéreur puisqu’il n’y aura pas de travaux à prévoir contrairement à l’ancien où, parfois, il y a quelques surprises», résume Jean-Philippe Bourgade, président de BPD Marignan.

Article Le Figaro Immobilier

Lire l'article
Union libre

Union libreAvril 2015

Acheter ensemble un bien immobilier, pour le meilleur et sans le pire !

Couples non mariés, ce qu’il faut faire et ne pas faire lors de l’achat d’un bien immobilier.

L’achat d’un bien immobilier est souvent réalisé à deux. Selon la nature juridique du lien qui unit le couple, les conseils du notaire sont indispensables. Selon l’Insee, un couple sur cinq vit en union libre et ce taux atteint même un couple sur trois à Paris. Si les concubins n’ont aucune obligation l’un envers l’autre, il en est autrement lorsqu’ils décident d’acheter leur logement en commun.

L’acquisition d’une maison ou d’un appartement par des concubins est généralement réalisée sous forme d’indivision. Chaque membre du couple devient alors propriétaire en proportion de son apport. Une fois le bien acheté, chacun a des droits sur la totalité du bien. Toutes les décisions concernant le logement doivent être prises à l’unanimité. Chaque indivisaire est tenu de régler les dettes de l’indivision (impôts, travaux…) à proportion de sa quote-part.

Afin d’éviter d’éventuels conflits en cas de séparation, il est souhaitable de faire apparaître dans l’acte de vente la part de chacun correspondant au financement réel. Les concubins peuvent ainsi revendre le bien et se répartir le prix au prorata de leur apport respectif. L’un d’eux peut aussi décider d’acheter la part de l’autre, évaluée à la date de ce rachat. À défaut, lors de la revente, chacun des concubins percevra 50 % du prix de vente.

Par ailleurs, en cas de décès de l’un ou l’autre, il est souhaitable d’avoir rédigé un testament afin que la part du défunt revienne au survivant ou, en présence d’enfant, au moins en usufruit. Toutefois, les concubins, considérés juridiquement comme des tiers, ne bénéficieront d’aucun abattement et seront taxés très lourdement à 60 % !

Constituer une SCI

Sachez qu’il est possible d’établir une convention d’indivision. Etablie par acte notarié, elle fixe les règles de fonctionnement en prévoyant, par exemple, ce qui se passera en cas de revente du logement : elle limite les risques d’insécurité.

Constituer une société civile immobilière (SCI) pour acheter à deux peut aussi être une bonne idée. Chacun sera titulaire de parts sociales dans la proportion de son apport dans le capital de la société. Mais attention, les contraintes techniques sont nombreuses. Une société civile immobilière impose de nombreuses formalités, qui ont un coût : rédaction de statuts, dépôt au greffe, immatriculation au registre du commerce et des sociétés… Il faut aussi faire vivre la société, l’organisation d’assemblées générales et la tenue de comptes annuels sont obligatoires. À défaut, la SCI peut être considérée comme fictive.

Attention, la SCI ne permet pas à ses associés de bénéficier du prêt à taux zéro ou d’utiliser un PEL. Si le financement nécessite un emprunt bancaire, ce dernier doit être consenti au nom de la SCI, personne morale.

Sachez enfin que la tontine sur une part de SCI permet au survivant d’un couple d’acquérir la part de son conjoint et de conserver leur logement commun. Par l’effet de la clause, la part de SCI est automatiquement transférée au bénéficiaire sans transiter par la masse successorale.

Le Figaro Immobilier, Maitre Michèle Poudens, Notaires de France