Actualités

Rénovation

RénovationOctobre 2015

Comment optimiser la rénovation d'un immeuble ancien ?

S'investir dans un immeuble ancien semble très intéressant, mais nécessite des travaux considérables sans toucher à l'architecture initiale de la maison. Pourtant, des rénovations doivent être mises en place pour apporter plus de confort dans l'espace de vie, mais aussi de valoriser son immeuble pour la revendre ultérieurement.

Certaines agences immobilières spécialisées dans la vente de ces immeubles anciens proposent une prestation de rénovation avec des prix plus ou moins attractifs, mais avant d'entamer les travaux, il faut comprendre pourquoi rénover et surtout les moyens mis en œuvre pour les réaliser.

Pourquoi renouveler un immeuble ancien ?

Plusieurs raisons peuvent répondre à cette question qu'on peut résumer par un souci de confort et de bien-être. En plus de cela, la majorité des maisons ancienne ne respectent plus les normes en vigueur concernant la consommation énergétique, le confort et surtout le rejet de CO2. Sans oublier de répondre aux impératifs imposés dans le respect de l'environnement pour une rénovation écologique, dans la réduction des énergies dépensées en chauffage, mais aussi de trouver une alternative dans l'énergie utilisée.

Côté confort, l'optimisation des planchers, la refonte des murs et les isolations, l'élimination des produits toxiques comme l'amiante, mais aussi une remise à neuve particulièrement pour l'intérieur afin d'ajouter plus de confort et de bien-être. En plus de la réduction de la consommation énergétique, il est tout à fait recommandé de respecter l'architecture initiale, d'où de remplacer uniquement les composants sans toucher à la fondation.

Les solutions pour une rénovation adéquate

Plusieurs interventions doivent être mises en place pour pouvoir rénover un immeuble ancien dans le confort, l'économie d'énergie et le respect de l'environnement. Ainsi, les travaux doivent axés sur l'intérieur dont le remplacement des planchers bas et hauts, isolation, plâtrage et peinture des murs interne, refaire la menuiserie et les vitrages, renouvellement de l'air dans l'installation de nouvelle climatisation et chauffage, remplacement des ampoules classiques par des luminaires LED qui est à la fois économique et durable.

Pour les anciens immeubles, la résistance thermique est très importante et doit être respectée à la lettre. Ainsi, il est tout à fait recommandé d'isoler les combles, les murs et les toitures, le tout avec des produits écologiques et durables. En ce qui concerne le coût, une rénovation peut coûter entre 125 à 250 euros le mètre carré, et en plus du prix de l'immeuble, l'investissement s'avère couteux. Pourtant, les immeubles anciens commencent à attirer de plus en plus d'investisseurs qui cherchent des immeubles uniques avec un charme vintage pour d'éventuelle revente à une clientèle exigeante et connaisseur.

Article lié :
2015, l'année idéale pour devenir propriétaire ?

Crédit immobilier

Crédit immobilierOctobre 2015

Nos 4 conseils pour bien choisir votre prêt immobilier...

Vous vous lancez dans un projet immobilier et vous avez besoin d’un crédit. Voici nos 4 conseils pour contracter le prêt le mieux adapté à vos besoins.

1/ Définissez votre capacité d'emprunt

Tout d’abord, additionnez tous vos revenus mensuels, votre salaire, celui de votre conjoint, les allocations familiales, une pension alimentaire perçue… puis vos charges, crédit(s) en cours, une pension alimentaire versée… Cette première étape vous permet de déterminer votre capacité d'emprunt qui ne devra jamais dépasser 33% de vos revenus pour éviter tout risque de surendettement. En cas de dépassement de 33%, vous pourrez sans doute rallonger votre durée d’endettement ou tout simplement revoir votre projet à la baisse.

2/ Faites jouer la concurrence

Bien évidement toutes les offres ne se valent pas, ne répondent pas tout à fait à votre situation et votre projet. Après avoir questionné votre banque adressez-vous à un courtier en crédit immobilier qui fera jouer la concurrence pour vous. Il négociera les meilleurs taux et les meilleures mensualités auprès de plusieurs établissements de prêt.

Premier avantage, vous ne montez qu’un seul dossier plutôt qu’un pour chaque banque interrogée. A chaque prêt immobilier est adossée une assurance pour couvrir les membres de la famille en cas d'invalidité ou de décès de l'emprunteur. Le courtier, une fois encore, vous fera bénéficier des meilleures conditions en termes de couverture et de prime.

3/ Ne focalisez pas sur le taux d’emprunt

Le taux d’emprunt est essentiel dans le choix de votre prêt, mais d'autres points ne doivent pas être négligés, bien au contraire :

  • Le montant des frais de dossier
  • Le coût de l'assurance de prêt
  • La durée totale de l'emprunt
  • Les possibilités d’adapter votre contrat : report et modulation des mensualités, un différé partiel ou total des intérêts dus en cas de prêt relais, les montants de remboursement partiel…

4/ N’oubliez pas les prêts aidés – Votre courtier saura vous guider

Vous pouvez sans doute bénéficier sous certaines conditions de prêts aidés :

  • Le prêt à taux zéro, ou PTZ, uniquement pour ceux qui achètent pour la première fois. Plafonné à 50 400 € pour un couple sans enfant.
  • Le prêt d'entreprise au taux avantageux de 1%, plafonné à 25 000€ par salarié.
  • Les prêts à 0% mis en place dans certaines villes comme Paris, Marseille ou encore Tours.

Article lié :
Quelles sont les solutions pour financer votre projet immobilier ?

Haute-Savoie

Haute-SavoieOctobre 2105

Plus 10 000 habitants de plus par an !

On compte 40 000 arrivées par an dans le département voisin de Genève contre 35 000 départs.

Avec 10 000 habitants de plus par an, le dynamisme de la Haute-Savoie ne se dément pas. Tel est l’un des constats établis par l’Observatoire départemental. Cet organisme créé il y a vingt ans présentait ce mardi les données 2015. De quoi dresser un portrait du département voisin de la Suisse: sa population, son économie ou son urbanisation.

«Les grandes tendances ne varient pas ou peu», précise en préambule Christian Monteil, président du Conseil départemental de Haute-Savoie. La population continue de croître, atteignant 777 356 habitants au début de 2014.

Solde naturel et migratoire

Les 10 000 habitants supplémentaires par an sont dus pour moitié au solde naturel (10 000 naissances et 5000 décès) et pour l’autre moitié au solde migratoire. Sur ce dernier point, le nombre d’arrivants atteint 40 000. Tandis que le nombre de départs s’établit à 35 000. «On ne trouve pas toujours un emploi ou un logement, analyse le président. Ces nombres révèlent un bouillonnement sur le territoire. Et une surchauffe sur le marché immobilier.»

Pourtant, ce n’est pas faute de construire. En 2014, selon l’observatoire, 5618 logements ont ainsi été mis en chantier. Autre donnée intéressante, un Haut-Savoyard sur neuf déménage chaque année. Soit un tournus important.

Hausse du tertiaire

Concernant l’emploi, là encore, le dynamisme du territoire est notable. «Malgré le nombre d’habitants supplémentaires, le chômage n’augmente pas car l’offre d’emploi reste importante en Haute-Savoie et en Suisse», stipule Christian Monteil. Côté Haute-Savoie, le nombre d’emplois salariés dans le privé dépasse les 202 000. Le tertiaire occupe une place grandissante. Les services à la personne représentent désormais un emploi sur trois, soit 33% contre 26% auparavant. Une proportion en hausse qui s’explique aussi par la diminution de l’emploi industriel. Selon l’élu, «le décolletage, par exemple, s’est restructuré et maintient sa productivité, mais le secteur a subi des pertes en termes d’emplois».

Quant au phénomène frontalier, il poursuit sa hausse mais enregistre un ralentissement. Le département compte 76 053frontaliers au début de 2015. Pour ceux qui exercent à Genève, le salaire médian brut est de 6467 euros en 2012 et a progressé de 7% en quatre ans.

Poches de précarité

Enfin, l’observatoire s’est penché sur le niveau de vie dans le département. Il a augmenté de 39% en dix ans. «Ce qui en fait l’un des plus importants de France avec la couronne parisienne. Mais derrière ce chiffre extrêmement positif se cache le fait que 8% des ménages vivent sous le seuil des bas revenus. Des poches de précarité d’autant plus dissimulées qu’elles se situent en zone frontalière. D’où un suivi nécessaire», conclut Christian Monteil. (TDG).

Merci à Marie Prieur - Tribune de Genève

Loi Macron

Loi MacronOctobre 2015

Les 7 mesures de la loi Macron qui impactent l'immobilier

Après son adoption définitive le 9 juillet 2015 au Parlement, le 6 août dernier, le Président de la République a promulgué la loi n°2015-990 pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques, plus connue sous le nom de loi Macron.

Avec elle, la mise en place de mesures phares qui impactent directement le marché immobilier :

Le délai de rétractation passe à 10 jours

Mesure très critiquée par les professionnels de l’immobilier, la loi Macron allonge le délai de rétractation qui passe à 10 jours contre 7 auparavant. Ce délai laisse davantage de temps de réflexion aux acheteurs.

La loi Alur est clarifiée

Selon Emmanuel Macron la loi Alur devait être clarifiée. Les relations entre propriétaires et locataires sont désormais plus encadrées pour éviter toute ambiguïté. Ainsi, l’encadrement des loyers à Paris, ou encore le préavis de congé d’un mois en zone tendue, voient des limites d’application. Sont identifiés les baux signés avant la loi Macron, ceux signés après sa promulgation et ceux reconduits tacitement ou renouvelés.

Location nue et location meublée sont rapprochées

L’un des objectifs de la loi Macron était de mettre fin aux dérives de la location meublée en rapprochant les contrats de location vide avec ceux de location meublée.

Le contrat de syndic est mis en concurrence

La loi Macron donne la possibilité au conseil syndical de mettre son syndic en concurrence. Bien évidement, s’il le décide, il peut le conserver dans un second temps. Les professionnels de l’immobilier restent dubitatifs quant à cette mesure qui existe déjà. En effet, lorsque le mandat de syndic est signé pour un an, la mise en concurrence se fait automatiquement.

Lutte contre les recours abusifs des permis de construire

Le Ministère du Logement a indiqué vouloir recentrer la procédure d’action en démolition sur les zones sensibles "afin d’éviter les recours abusifs ou mafieux" pour mieux protéger les intérêts des riverains et le droit des tiers. 40 000 projets auraient ainsi été bloqués par cette procédure.

Le logement intermédiaire devient une priorité

Le logement intermédiaire vise la part de la population qui ne peut accéder ni au parc social, ni au pars privé. Les collectivités qui font face à un manque de logements peuvent désormais augmenter de 30% la construction de logements intermédiaires. Pour aller plus loin, les bailleurs sociaux ont l’autorisation de vendre 30% des biens en qualité de logement intermédiaire, dans le cadre d’un programme mixte. Le champ d’action de la mesure s’arrête aux portes des communes qui affichent un déficit en logements sociaux.

Les règles d’urbanisme sont simplifiées

Tous les processus administratifs autour des grands projets immobiliers économiques se voient simplifiés. Il n’y aura désormais qu’une seule autorisation à demander pour une plus grande rapidité de mise en œuvre.

Les tarifs des notaires sont réformés

C’est une révolution du côté des professions réglementées de l’immobilier, exemple : les notaires ne seront plus rémunérés en fonction de l’évolution des prix de l’immobilier mais de l’acte effectué. Cette nouvelle tarification sera fixée par l’Etat et revue tous les cinq ans en adéquation avec le coût réel supporté par les professionnels du secteur.

Article lié :
Acheter ou louer ?